Tout va bien !

Il parait que je suis pleine de créativité en ce début d’année, que je pète la forme et que j’ai mille et une idées dans la tête. Apparemment, vous en savez plus sur moi que… moi-même ! Haha. Alors vrai ou faux, que se passe t-il en 2017 ?

Vous allez sûrement tomber de haut mais j’ai pensé une énième fois à arrêter mon activité artisanale… sûrement parce que décembre et janvier sont les pires mois que j’ai connus au niveau financier, je me suis demandée si j’avais vraiment un intérêt à poursuivre mes rêves. Rien que de l’écrire noir sur blanc, ça me fait froid dans le dos. Être artiste à son compte c’est toujours un peu galère, on ne sait jamais très bien combien on va gagner, combien on va devoir donner aux impôts, comment supporter sur les petites épaules des poids bien trop lourds comme le regard français sur l’art, le dépôt-vente, le calcul des commissions, la concurrence, la disparition des fournitures en magasin etc, etc. Malgré tout, j’ai très envie de les poursuivre ces rêves ! Mais pour ça il me faut vraiment un plan d’attaque, une bonne fois pour toutes. Ça tombe bien, il y a le coaching pro de Talented Girls que j’ai commencé le 5 janvier ! J’en suis désormais à la moitié des cours à raison d’un cours par jour (repos le week-end !) et je commence à visualiser où Anouk veut m’emmener. Ça m’a fait un bien fou de démarrer cette micro-formation et aujourd’hui je me rends compte que c’est ce que j’aurais du faire il y a bien longtemps car à moins d’avoir un don du ciel en entreprise individuelle, rien ne s’apprend comme par magie.

Alors, je reviens en force (de l’esprit) et en touchant à tout. Je teste (encore) de nouveaux horizons graphiques et techniques. Ça je crois que ça ne s’arrêtera jamais haha. Il y a peu de temps, j’ai du refaire le “Lights will guide you home” pour une commande. C’est un papercut que j’adore car il est plein de sens. Je le trouve à la fois nostalgique par le temps qui se déchaîne et qui pourrait emporter le bateau et son marin mais aussi bienveillant grâce à ce phare majestueux qui apparait comme un sauveur. À chaque fois que je le découpe, je me sens apaisée, les motifs sont variés et j’ai l’impression de donner vie à quelque chose 🙂 Je termine toujours par la corde qui est mon élément préféré à découper. Une fois le visuel terminé, je me suis lancée dans d’autres cordages et par chance, une amie m’a passé commande pour un papercut qui contenait une saucisse mais aussi des cordages, j’étais ravie.

Sur la photo noire, il s’agit d’une création qui ne manque plus qu’un fond jaune pour que je vous montre le rendu final 🙂

Si on récapitule, j’ai découpé le phare, puis la saucisse puis une corde qui tombe… Vous pensez que je me suis arrêtée là ? Bien sûr que non ! J’ai ensuite réalisé une phrase écrite à la corde qui se termine par un nœud de pendu. On touche l’humour noir ! C’est vrai que ça change pas mal des papillon et des fleurs. Peut-être du fait d’avoir été sur la tangente une fois de plus ou bien de vivre dans une drôle de société, j’ai trouvé que ce motif arrivait au bon moment. D’ailleurs, si j’en crois le suivi, vous aussi vous l’avez trouvé superbe, tellement qu’à peine terminé il a été vendu ! Mais pas de panique, c’est un visuel que vous pourrez vous aussi vous approprier puisque je vais l’ajouter sur ma boutique en ligne. Il suffira de passer commande en deux clics.

 

Attendez, ce n’est pas fini ! Ou presque. J’ai continué l’aventure cordage en proposant un concours sur ma page Facebook. Il fallait simplement me dire quel est son proverbe fétiche et je le créais ensuite en papercut ce qui a donné ceci ! Vivement la découpe !

 

Tuto : mise en valeur d’un papercut.

De toutes les “Sail the Whale” que j’ai créé, l’une de mes préférées est la noire sur fond beige aux éclats d’or que vous pouvez voir ici. La finesse du papier donne à la baleine, une fière allure raffinée que j’apprécie tout particulièrement.
Ce papier, je le trouvais à Cultura mais c’est un peu loin de chez moi et je ne raffole pas tant des commandes sur internet. Seulement voilà, ce soir, j’en avais besoin pour mettre en valeur un nouveau papercut car je trouve les papiers blancs beaucoup trop neutres et ennuyants.

papercut

Ainsi, pour donner du pep’s à ma création il m’est venu à l’idée de créer ce papier doré moi-même et le résultat est très concluant donc je partage la technique avec vous !

matériel

Matériel :

– Une feuille de papier épais de la couleur que vous souhaitez et découpée aux dimensions du cadre.
J’ai choisi un blanc cassé très clair.
– Un papercut. Mais cela fonctionne aussi avec n’importe quelle autre image.
– Un cadre.
– De la peinture dorée, pour ma part il s’agit d’acrylique (attention, ça tâche).
– Une vieille brosse à dent.

Technique :

Pour commencer, vous devez appliquer une petite noisette de peinture sur la brosse à dent puis la frotter avec le pouce au dessus de la feuille. Si on est un peu chochotte comme moi et qu’on a envie de garder les mains propres, on peut tout à fait utiliser un mouchoir en papier haha 🙂 Il n’est pas nécessaire d’appuyer très fort mais vous pouvez ajuster la pression en fonction du rendu que vous souhaitez : plus on appuie fort, plus l’éclaboussure est large. Le plus difficile sera sûrement de ne pas être trop régulier car il faut que ça ait l’air aléatoire, comme si la dorure faisait partie de la fibre de papier 🙂 Après quelques grattages, le résultat est déjà visible !

Application de la peinture

Ensuite, si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter à la main des petites touches dorées bien rondes.
Pour ce faire, j’ai tout simplement utilisé un stylo à encre gel doré.

encre dorée

Une fois terminé, vous pouvez admirez votre œuvre (youpi !).
J’ai photographié une chute du papier éclat d’or d’origine pour vous montrer la différence. Elle est vraiment minime !

papiers

Votre embellissement touche à sa fin ! Il ne reste plus qu’à placer la création dans le cadre, superposer la feuille dorée et refermer le cadre. Et voilà, en quelques minutes vous avez une œuvre illuminée !

papercut

Délicat feuillage

Aujourd’hui je vous présente l’admirable (le mot est faible) travail d’Helen Ahpornsiri. Sa patience remarquable nous entraine dans un univers poétique peuplé de minuscules animaux dont la particularité est étonnante.

Helen Ahpornsiri

Vous l’avez compris, Helen utilise des morceaux de feuillages miniatures afin de donner vie à des êtres tous plus mignons les uns que les autres. Je suis tellement admirative que lorsque je visite son compte instagram, j’oublie complètement les minutes qui passent. Pour donner vie à ses œuvres, elle utilise toutes sortes de feuilles et parfois même, elle ajoute de la feuille d’or avec une incroyable finesse.

Helen Ahpornsiri Helen Ahpornsiri
En tant que fan, je ne peux m’empêcher de vous confier les divers endroits où vous pouvez la trouver sur internet .
Premièrement sur son site où vous découvrirez une tonne de photos commentées.

Ensuite sur youtube dont voici une vidéo magnifique ♥

Puis sur facebookinstagram et enfin sur etsy pour acquérir ses créations quelle propose en copie imprimée. Si vous faites partie des ces mordus de l’image et de l’illustration, je vous conseille vivement de vous abonner à l’une de ses pages ♥

Helen Ahpornsiri

Helen Ahpornsiri
Helen Ahpornsiri